28/02/2008

Genève internationale: records battus

L'Office cantonal genevois de la statistique vient de faire paraître les chiffres de son enquête 2006 sur la Genève internationale. Après le creux de la fin des années 1990, la tendance reste haussière. Plusieurs records ont été battus.

Les 18 organisations internationales gouvernementales (OIG) établies dans le canton de Genève emploient 17 698 fonctionnaires (permanents ou non permanents) en mars 2007. Le nombre de fonctionnaires permanents (13 348) est le plus élevé jamais enregistré. La part de ceux qui résident en Suisse (56,1 %, dont 48,7 % dans le canton de Genève) augmente pour la première fois depuis cinq ans. Lesfonctionnaires non permanents (4 350) sont en diminution.

Les dépenses effectuées par les OIG au cours de l'année 2006 se montent à 4,4 milliards de francs, dont 2,4 milliards investis dans l'économie suisse. Elles se situent à un niveau semblable à ceux des dernièresannées.

Après s'être enflammée au début des années 2000, l'activité conférencière se stabilise. Pour la troisième année consécutive, le nombre de réunions organisées est supérieur à 2 000 (2 032 en 2006). Le nombrede séances tenues (18 069) et le nombre de délégués y participant (140 525) restent dans la tendanceobservée ces dernières années.

Le personnel permanent des 10 plus importantes organisations internationales non gouvernementales(OING) établies dans le canton de Genève se stabilise, mais reste à un niveau élevé à 3 183 personnes. La part des personnes résidant en Suisse (80,0 %) est nettement plusimportante que dans les OIG.

En 2006, pour la première fois, les dépenses des 10 principales OING dépassent les 800 millions defrancs.  L'activité conférencière poursuit son essor. Le nombre de réunions tenues (2 510) ainsi que le nombre de délégués et experts qui y participent (30 081) sont les plus importants jamais enregistrés.

09:06 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

21/02/2008

Contre-offensive russe à Genève

 

Serguei Lavrov a fait salle comble mardi dernier au Palais des Nations pour sa conférence sur "l'avenir de la coopération européenne: le point de vue russe". Le gratin de la Genève internationale était présent pour écouter le ministre des affaires étrangères russe réaffirmer - diplomatiquement - le rôle de son pays en tant qu'acteur incontournable de la sécurité militaire et énergétique en Europe…

 

Il faut dire que pour Genève, cette escale diplomatique redore un lustre passablement terni depuis la fin de la Guerre froide. En quelques heures, M. Lavrov aura tiré de son sommeil une Conférence du désarmement en état de mort clinique depuis des années en proposant - avec les Chinois - d'interdire le déploiement d'armes dans l'espace, souligné l'attachement de la Russie au droit international à propos de l'indépendance unilatérale du Kosovo, mis le doigt sur les insuffisances de l'OSCE en matière de coopération entre pays européens et rappelé à l'Union européenne qu'elle ne saurait rester crédible à trop vouloir s'aligner sur les positions de l'OTAN en matière de lutte contre les missiles nucléaires. Et il a même trouvé le temps de rencontrer Micheline Calmy-Rey et d'inaugurer le nouveau centre de coordination pour les secours d'urgence du Bureau pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

C'est pas si mal, surtout pour la place de Genève qui retrouve son rôle de plate-forme de discussion entre l'Est et l'Ouest.

 

***

 

Grosse colère chez les professionnels du tourisme romand. Pour représenter l'ensemble du tourisme suisse aux Jeux Olympiques de Pékin, Présence suisse a confié l'exclusivité du mandat à l'Office du tourisme de Lucerne. Les Chinois auront donc une vue inégalable sur le Lac des Quatre-Cantons depuis le Rigi. Mais les promoteurs du Jungfraujoch, du Säntis ou du Cervin en seront pour leurs frais!

 

***

 

La Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED) vient de publier son rapport sur l'économie de l'information. La Suisse fait plutôt pâle figure. Elle n'arrive qu'en 31e position pour le nombre de portables par habitant (0,99 contre 1,51 pour les Luxembourgeois), au 19e rang pour la pénétration d'internet (58,3%) mais quand même à la 6e place mondiale pour les connexions internet à large bande (28,6%).

 

***

 

C'est tout sauf un scoop, mais ça ne va pas très bien en Irak et au Tchad. Au Tchad, le Haut-Comissariat pour les réfugiés cherche 63 millions de dollars pour rapatrier 80 000 réfugiés soudanais qui ont fui leur pays. Et en Irak, l'OCHA a lancé un appel de fonds à concurrence de 265 millions de dollars pour l'aide d'urgence dans les douze prochains mois. Avis aux amateurs…

 

***

 

Le Centre européen de la culture se remet à l'édition avec une nouvelle collection inaugurée par un ouvrage collectif consacré au "Dialogue des cultures à l'aube du XXIe siècle". On y trouve un hommage à Denis de Rougemont dû à la plume de José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, et les contributions d'une douzaine d'auteurs, parmi lesquels les professeurs Dusan Sidjanski, éditeur, Alexis Keller, Charles Méla, Maurice-Ruben Hayoun et Viviane Reding.

08:51 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

19/02/2008

15 prétendants à l'OMPI

La course à la succession de Kamil Idriss, secrétaire général de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, suscite des convoitises. Pas moins de 15 concurrents avaient déposé leur dossier à la date d'échéance du dépôt des candidatures le 13 février dernier.

Les candidats viennent de toutes les régions du monde (Mexique, Bangladesh, Kenya, Australie, Macédoine, Italie, Russie, Honduras, Philippines, Japon, etc.). Parmi les noms cités, on retrouve des figures connues à Genève, comme Philippe Petit, ancien ambassadeur de France, de même que le Brésilien José Graça Aranha ou l'Australien Francis Gurry, tous trois occupant des postes de direction à l'OMPI. Les autres candidats sont soit des diplomates ayant exercé des responsabilités auprès des instances onusiennes, soit des spécialistes des brevets dans leurs pays d'origine.

A ce stade, impossible de savoir qui va sortir du lot. Les débats sont très durs au sein des 83 membres du comité de coordination, entre pays du Sud qui n'ont pas digéré l'affront fait à l'un des leurs, et nombre de pays du Nord, qui souhaitent remettre de l'ordre dans une organisation agitée par les accusations de mauvaise gouvernance et les controverses.

Réponse à l'assemblée générale de fin septembre prochain.

10:02 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook