04/06/2008

Dan Brown s’est trompé de cible

Ce n’est pas au CERN qu’il aurait dû situer l’action de son roman Anges & Démons (dont le film doit être tourné ces prochains mois, mais pas à Genève, a confirmé le directeur du CERN Robert Aymard. Le CERN, qui va mettre en route son LHC cet été a d’autres ambitions), mais à l’OMPI. Depuis des mois, l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle est au cœur d’un vrai polar : accusations de corruption, dates de naissance falsifiées, dénonciations anonymes, descentes de police, plaintes pénales, luttes de clans féroces, retournements de situation invraisemblables s’enchaînent à un rythme d’enfer.


Lundi passé donc, la police genevoise était dans le bâtiment de verre bleu pour relever l’ADN des dix hauts fonctionnaires dont, fait exceptionnel, la Suisse avait accepté de lever l’immunité diplomatique. Ils sont soupçonnés d’avoir calomnié le futur nouveau directeur, l’Australien Francis Gurry, qui vient d’être élu au nez et à la barbe du candidat attendu, le Brésilien José Graça Aranha.

 

Car l’OMPI est le saint des saints du capitalisme mondialisé : son coffre-fort renferme tous les brevets et patentes mondiaux. Pas question d’en donner la clé à un idéaliste ou à un tiers-mondiste qui s’aviserait de protéger des technologies moins chères et plus efficaces…

 

Les commentaires sont fermés.