05/08/2008

Vague de xénophobie, antisémitisme et de persécutions religieuses inquiétantes dans les régions de Russie

Après l’effondrement de l’URSS et l’éclatement de son vaste territoire, les anciennes régions soviétiques ont trouvé un nouveau souffle d’indépendance, malgré les difficultés économiques. La Russie semble sortir d’une crise économique qui a longtemps appauvri sa population, déjà meurtrie par les guerres et le communisme. En prenant la route de la libéralisation du marché, le pays semble s’inscrire dans le démocratique.

Mais tout n’est pas rose du point de vue des droits de l’Homme, notamment dans les régions.

Les droits de l’Homme n’y sont guère respectés et les violations des droits politiques et sociaux y sont fréquentes. Les plaintes contre la police et les services de maintien de l’ordre sont nombreuses mais restent la plupart du temps sans suite. La haine raciale est très élevée, de nombreux journaux russes affichent sans crainte leur pensées xénophobes et les mouvements patriotiques ne cessent de persécuter les populations étrangères et ceux qui les défendent.

Alexander Brod, directeur du Bureau de Moscou pour les droits de l’Homme, est lui-même sur la liste noire des nationalistes, qui ont son numéro de téléphone et son adresse. Les agressions xénophobes, environ 170 depuis le début de l’année, et antisémites sont courantes. Selon un sondage fait en 2007 plus de 17% de la population ne veut pas avoir des personnes de religion judaïque dans leur entourage. Ces chiffres sont alarmants et en tête des ces statistiques se retrouve la métropole de Moscou, reflet de la nouvelle Russie.

Les démons du passé, comme le livre « Mein Kampf » qui est très prisé dans les librairies, n’ont pas disparu. La situation est paradoxale, les citoyens les plus agressés sont ceux qui viennent des anciennes républiques soviétiques !

Selon le Bureau de Moscou pour les droits de l’Homme, les pratiques xénophobes ont plutôt tendance à se renforcer. Une tendance qui pourrait, à terme, entraver le développement économique de la Russie , son niveau de vie et son intégrité, et qui devrait inquiéter le nouveau président russe, M. Medvedev.

 

Chrystel Dayer, Club suisse de la presse. Conférence de presse du 31 juillet 2008, avec Alexander Brod et Natalia Rykova du Bureau de Moscou pour les droits de l’Homme.

 

09:43 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook