21/11/2008

Contre les mines

 

La Convention d’Ottawa contre les mines antipersonnel a fêté ses dix ans et se prépare, sous le marteau présidentiel de l’ambassadeur suisse Jürg Streuli, pour la 9e conférence des Etats parties qui se déroulera la semaine prochaine à Genève. La Suisse, qui a joué un rôle leader dans l’interdiction des mines antipersonnel, peut être fière. La Convention est un succès : 156 Etats ont adhéré, une mise en oeuvre qui progresse, seuls 3 pays n’ayant pas respecté les délais de destruction de leurs stocks (Biélorussie, Grèce et Turquie). Mais on est encore loin du compte : des centaines de millions de mines restent disséminées un peu partout, en Asie et au Moyen-Orient notamment. Et l’assistance aux victimes demeure embryonnaire. Le travail ne fait que commencer, estiment les spécialistes du dossier, l’ambassadeur suisse Stefan Husy, et la directrice de la Campagne internationale pour l’interdiction des mines Sylvie Brigot.

 

 

09:23 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Oui, les 3 pays cités n'ont pas respecté les délais, mais plus grave et ce n'est pas mentionné, des pays importants n'ont pas signé la convention, dont certains qui se prétendent démocratiques:

ETATS-UNIS
ISRAEL

Avec la Russie, la Chine et l'Inde, ça fait beaucoup de monde.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Convention_sur_l%27interdiction_des_mines_antipersonnel

Écrit par : Johann | 21/11/2008

Les commentaires sont fermés.