02/02/2009

La fresque d'Erni fait grincer

Le projet de fresque d’Hans Erni le long du mur d’enceinte à l’entrée du Palais des Nations fait grincer des dents dans les étages supérieurs des Nations Unies à Genève. Si le principe d’accueillir une œuvre de l’artiste centenaire suisse a bel et bien été confirmé par l’ONU, on est en revanche beaucoup plus circonspect sur l’œuvre elle-même, qui ne correspond que très partiellement à ce que les Nations Unies veulent symboliser et pose des problèmes techniques. Il se dit aussi que les allusions appuyées aux droits de l'homme et des personnages un peu dénudés auraient froissé les pays musulmans.

Cela dit, il semble que le problème soit en passe d'être réglé. Le conseiller administratif Rémy Pagani s'est beaucoup entremis auprès de l'auteur et des Nations Unies pour trouver une solution. Erni pourrait donc redevenir persona grata...


→Entre Ban Ki-moon et Genève, c’est plus qu’une romance : une vraie lune de miel ! Ceux qui craignaient que le nouveau secrétaire général des Nations Unies boude le siège européen peuvent être rassurés. En 2008, le patron de l’ONU a fait huit fois le voyage de Genève et s’est rendu à Berne et à Davos en prime. Il a même serré les mains de presque tout ce que Genève compte d’élus lors des célébrations de l’Escalade. Et il vient de prolonger d’un an, jusqu’à mars 2010, le mandat du directeur général de l’ONU à Genève, Sergei Ordzhonikidze.

 

 

****

 

→Coup de chapeau à la Mission américaine qui a largement ouvert ses portes pour l’investiture de Barack Obama. Mardi 20 janvier, 400 invités ont répondu à l’appel et vibré aux puissantes paroles du 44e président. Le bunker d’habitude impénétrable de Penthes avait quasiment pris des allures de fête. Et bravo aussi à la décoration de la salle de réception: de part et d’autre de la bannière étoilée, huit grands panneaux présentaient les liens historiques entre la Genève internationale et les Etats-Unis: la bible de Genève de 1592 et Calvin pour la religion, le président Wilson et William Rappard pour le multilatéralisme et la SDN, Francis Lieber, Clara Barton et Henry Dunant pour l’humanitaire, les négociations sur l’Alabama, le sommet des Quatre Grands et le sommet Reagan-Gorbatchev pour la paix, la Déclaration d’indépendance, Jean-Jacques Burlamaqui et Albert Gallatin pour la liberté des citoyens, John Rockefeller Jr. et la Fondation Bill & Melinda Gates pour le service à la communauté. Pas mal du tout, en vérité. On attend plus que la visite de Barack Obama et d’Hillary Clinton pour nouer la gerbe.

 

****

 

→ Coup de chapeau enfin à ces militants obscurs et souvent anonymes qui se battent pour défendre leurs droits et faire valoir leur point de vue auprès des instances internationales. D’abord pour les militants d’Achraf qui ont battu le pavé genevois sous la canicule comme sous la pluie et le gel tous les jours pendant des mois avant d’obtenir satisfaction. Et ensuite pour les deux courageux qui se relaient sans discontinuer depuis deux ans devant le siège de l’Organisation mondiale de la santé pour exiger « l’indépendance de l’OMS » et « faire éclater la vérité sur les effets des radiations nucléaires » suite notamment à l’accident de Tchernobyl. Ils ne sont pas au bout de leur peine, et leur patience et leur obstination méritent bien une mention.

 

 

09:11 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

La chaise de l'artiste Daniel Berset est absolument géniale. Elle symbolise un combat (mine anti-personnelle) et les visiteurs adorent la photographier. Un fresque, est-ce vraiment utile aujourd'hui, l'ONU n'a pas d'autres dépenses plus urgentes ?

Écrit par : demain | 02/02/2009

Les commentaires sont fermés.