22/04/2009

Shoah: une cérémonie émouvante

Un petit mot pour féliciter les organisateurs et les dizaines de bénévoles qui, autour de Joël Herzog, ont préparé la cérémonie de commémoration de l'Holocauste sur la Place des Nations lundi soir. D'abord, parce que tout s'est impeccablement déroulé. Ensuite parce que la foule était là, attentive et présente aux chants et à la musique comme aux discours. Et surtout parce que ce fut un moment très fort, mêlant à la fois émotion et haute tenue intellectuelle.

Les discours furent à la hauteur de l'événement, courts, denses et justes, ceux d'Elie Wiesel et d'Irwin Cotler notamment, mais aussi ceux de Laurent Moutinot et de Bernard-Henri Lévy, pour ne citer qu'eux. La dénonciation des propos du président iranien Ahmadinejad a inspiré tous les intervenants, mais ce fut fait avec beaucoup de dignité.

J'avais à côté de moi un survivant, établi à Bienne, dont toute la famille a péri dans les camps. Ce témoignage modeste et simple est plus fort que toutes les vociférations de tous les présidents iraniens.

Puissent donc les bougies allumées ce soir-là brûler longtemps.

 

09:30 | Lien permanent | Commentaires (27) | |  Facebook

Commentaires

Ben oui, c'était bien beau. Il ne manquait que Madoff, retenu par ses affaires.

Écrit par : Victor Devaud | 22/04/2009

Tiens, Victor Devaud, cela faisait longtemps...

Il me semble que la tenue de cette cérémonie, la qualité des intervenants et de leurs interventions a été exemplaire de respect et d'humanisme.

Alors l'allusion à Madoff n'a rien à faire ici sauf à souligner votre propre haine des juifs.

Oui, Madoff est un juif, un escroc et un salopard ! Bon, et alors ? Savez-vous que l'une des définitions retenue par l'Union européenne pour caractériser l'antisémitisme est "rechercher en chaque juif les malheurs du monde ou rechercher les juifs en chaque malheur du monde". Elle vous convient fort bien.

Mais comme la dérision et l'humour valent parfois mieux que la colère, j'ajouterai qu'il manquait aussi Iceberg, le naufrageur du Titanic !

Écrit par : gerardh | 22/04/2009

A l'attention de M. Victor Devaud :

Je me suis toujours demandé pourquoi la haine du Juif est plus jouissive et s'impose plus facilement que toute autre forme de haine ...

Eh bien, parce que cette haine-là est une forme de démangeaison particulièrement prégnante et rebelle, qui provoque au patient qui se gratte les parties, un soulagement directement proportionnel à la déliquescence avancée de son état mental !

Écrit par : Santo | 22/04/2009

Quand on fait un gouvernement avec des vertueux comme Liebermann... qui a prôné lors de la campagne électorale la déportation des israeliens non-juifs, où va-t-on ? mais je pense qu'il était là (?)

Écrit par : Victor Devaud | 22/04/2009

@Victor Devaud

En gros, si je comprends bien "les juifs sont des salauds qui devraient avoir honte puisqu'ils ont un ministre extrémiste".

Bon, vous disiez il n'y pas si longtemps qu'il ne faut pas critiquer le Hamas puisqu'il a été démocratiquement élu. Si je pratique votre raisonnement, je vous retire donc le droit de critiquer Liebermann puisque issu d'un scrutin démocratique. D'accord ?

Autre regard: les juifs n'ont pas le droit de se remémorer l'industrialisation de leur extermination (plus des 3/4 de leur population européenne a disparu) puisqu'il y a un ministre extrémiste en Israël. Bon, ben moi je retire le droit des catholiques du monde à se recueillir à la Toussaint, vu qu'il ont au moins un évèque intégriste. D'accord ?

Un autre... Les gens qui ont pris la parole lors de la commémoration sont plutôt suisses, français, canadiens, etc. Leur ministre s'appelle donc Calmy-Rey (celle qui se voile la face devant les non-droits de l'homme et de la femme en Iran) ou Merz (celui qui dîne avec un tortionnaire) et pas Liebermann. Je vous laisse le soin de parler de la vertu de ces ministres à ces occasions... Et je peux vous dire qu'ils n'étaient pas là (mais heureusement, d'autres y étaient ... et d'autres ont refusé le dîner).

Écrit par : gerardh | 22/04/2009

Plusieurs erreurs. Libermann n'a pas été élu ministre, il a été nommé par le chef du gouvernement désigné par le président, seul travailliste encore en place sur l'échiquier politique, dans une fonction honorifique, un peu un label usé, mais c'est bon à prendre parce que le précédent est accusé de mobbing secuel (ça arrive partout, je sais !). Les juifs ont le droit de commémorer, peut-être l'obligation morale pour des raisons personnelles, et c'est très bien. Mais ils veulent faire ou ont fait d'Israel un état religieux, ce qui n'était pas prévu initialement, et ont justifié leurs conquètes par l'histoire (il y a 2'000 ans, dans un livre racontant le mythe d'Israel,...). Merz et Calmy-Rey ont peut-être eu la naiveté d'acccepter d'accueillir la conférence ou de l'avoir voulue à Genève. Dès lors, les usages internationaux priment, et on fait le minimum syndical avec qui ne vous est pas sympathique. Mais ni l'un ni l'autre n'ont eu des propos et des intentions extrémistes au regard des Droits de l'Homme comme Liebermann. Je n'ai jamais dit que les juifs sont responsables de tout le malheur du monde, même si vous le pensez que je l'ai dit. Je dis qu'ils font actuellement aux Palestiniens la même chose qu'on a fait à leurs parents et grands-parents, ce qui est tout de même paradoxal. Ils auraient dû comprendre, surtout eux ! Et la religion juive peut s'épanouir me semble-t-il sans référence au sionisme ni à l'Israel d'aujourd'hui et ce qui s'y fait, sauf s'il le veulent, et pas une critique publique n'a été émise en 60 ans. La religion juive n'est pas menacée dans notre pays (sauf l'incendie de la synagogue de Genève, mais par qui ?)(Calmy-Rey est dare-dare descendue à Genève, mais n'a rien dit sur le vandalisme des statues dans les églises fribourgeoises qui a eu lieu 1 mois après!)(donc 2 poids 2 mesures, mais pas en faveur de qui on pense). Les juifs hors d'Israel n'ont jamais pris officiellement leur distance d'avec la politique sioniste, dont on peut penser qu'ils l'approuvent. Sinon il serait grand temps de se manifester, mais s'ils le comprennent ils n'osent pas, et désirent rester des victimes par procuration. Psychologiquement cela peut se comprendre, mais éthiquement non.

Écrit par : Victor Devaud | 23/04/2009

A l'attention de M. Devaud :

Le Christianisme a une destinée sur le long terme. L'Islam, dernière "religion révélée" a aussi ce genre de destinée. Or ces deux religions découlent du Judaïsme auquel elles doivent tout, et notamment le fait d'exister.

Dans ces conditions, pourquoi le Judaïsme n'aurait-il pas lui aussi "une destinée" sur le long terme, malgré tous les efforts menés contre lui depuis 2000 ans pour le faire disparaître ? Pourquoi "le meurtre du père" est-il resté à l'ordre du jour, jusque dans l'Histoire contemporaine ?
Cela relève de la psychanalyse ...

Écrit par : Santo | 23/04/2009

Nombreux sont ceux qui jouent les vierges effarouchées et crient au loup au sujet du récent discours du président iranien Ahmadinejad à l'ONU à Genève. Ces réactions excessives sont souvent cousues de fil blanc (et bleu), celui d'Israël !
Malencontreuse collision temporelle il est vrai avec la "célébration" de la Shoah, cette conférence. sur les droits de l'homme se devait d’être le lieu d'un débat contradictoire vif et productif, pas d'un consensus mou et de la politique de la chaise vide. Il vaut mieux avoir un interlocuteur, même irascible et extrême dans ses propos, que pas d'interlocuteur. Et il faut une fois de plus déplorer l'influence disproportionnée du lobby israélite sur les médias. Qui ose encore défendre aujourd'hui les Palestiniens? Qui plaide en leur faveur? Pas grand monde...
L'opération de Tsahal "Plomb Durci" a eu tous les aspects d'une guerre d'extermination de nature raciste (motivée par la haine de la race arabe) donc assimilable à un génocide. En ce sens les propos incendiaires du président iranien sont pertinents, et ne sont rien en comparaison du déluge de feu que le gouvernement israélien a fait pleuvoir sur les civils palestiniens.
Aujourd’hui toute critique de la politique de l’Etat hébreux est automatiquement taxée d’antisémitisme. On a pourtant le droit de critiquer la politique d’un Etat, quel qu’il soit, il n’y a pas de tabou. Ne mélangeons pas tout ! Et c’est une attitude révoltante que d’invoquer à tout va la Shoah pour justifier tout et n’importe quoi.
Et que le gouvernement helvétique maintienne le dialogue avec les gens "infréquentables" au yeux de la droite extrémiste israélienne maintenant au pouvoir est plutôt rassurant, même nécessaire, au milieu de cette tempête médiatique savamment orchestrée...

Écrit par : Aramis | 23/04/2009

Cher Guy Mettan,
Les événements actuels et les incompréhensions qu'ils dégagent, nous démontrent une chose :
On ne peut faire l'impasse sur les "civilisations" et leur Histoire.
Par conséquent une "guerre des civilisations" est inévitable, dans le bon sens du terme :
Dans la non-violence, le dialogue et la confrontation d'idées, afin de crever un abcès né de l'ignorance, des doctrines figées et des préjugés accumulés.
Ne pourriez-vous pas user de votre influence afin de contribuer à une chose, à savoir mettre en oeuvre ce que jamais personne n'avait imaginé jusqu'ici, une Conférence mondiale à Jérusalem, de nature culturelle et religieuse mais surtout apolitique, mettant en scène Chrétiens, Juifs et Musulmans, afin de tout remettre à plat dans une sorte de psychothérapie collective ?
Bien à vous.

Écrit par : Santo | 23/04/2009

Cher Santo,

Ce que vous ne semblez pas comprendre c'est qu'il n'est pas, pour la plupart des gens ici, question de religion(s).
Lorsque les gens sont allés manifester contre la guerre en Irak, critiquaient la politique des USA, il ne manifestaient pas contre le protestantisme évangélique du président. Et bien là c'est pareil, lorsqu'on critique, ou que l'on va manifester contre la répression à Gaza, on ne manifeste pas contre le judaïsme. Il y avait certainement des anti-américains dans ces manifestations, comme vous pouvez retrouver des anti-israëliens aujourd'hui, ce n'est pas une raison pour toujours poser dès le départ la suspicion qu'une personne qui fait une critique politique d'Israël le ferait par "antisémitisme".

Je ne comprends pas votre tendance à tout ethniciser, la question est ici politique, voire géo-politique, c'est tout. Une réunion de religieux n'y résoudrait rien. En Europe, si on a peut-être une fâcheuse tendance au "meurtre du père", on semble aussi avoir su faire de même avec la "mère", l'Eglise et la religion si vous préférez. Je n'ai pour ma part rien contre la "destinée" du judaïsme, tant que sa "destinée" ne s'entend pas comme expansion coloniale. Pareil pour les autres religions.

Et puis, je ne suis pas certaine que résumer l'antisémitisme à travers l'histoire par le "meurtre du père" soit une très bonne interprétation. D'autres peuples, les rroms particulièrement en Europe, subissent également des répressions, mises à l'écart et génocide depuis de nombreux siècle, sans qu'on ne puisse y voir un "meurtre du père" pour autant.

Écrit par : Audrey | 23/04/2009

A l'attention d'Audrey :

Les blocages politiques et les injustices humaines qui en découlent échappent, au Proche-Orient, à l'analyse conventionnelle concernant de tels blocages, ailleurs dans le monde. Car ils ne sont pas uniquement de nature socio-économiques ou géopolitiques, ni même ne relèvent d'un processus "colonialiste" classique.
Nous sommes ici en présence d'un "entonnoir historique" où se précipitent 2000 ans de rebondissements, d'espérances et de rivalités religieuses.
Il s'agit ici d'une même terre que se disputent deux peuples ayant vécu le poids et les rancoeurs légués par cette histoire singulière et comparable à aucune autre.
Autrement dit, même si l'on veut espérer un "juste" accomplissement "laïc" des choses en garantissant une stricte séparation "de l'Eglise et de l'Etat", on ne peut pas, qu'on le veuille ou non, faire ici l'impasse de ce déterminisme central.
Lorsqu'on aura démêlé l'écheveau des rancoeurs religieuses et culturelles,des malentendus ancestraux et que des dénominateurs communs auront été dégagés, alors et seulement alors pourront se mettre efficacement à l'oeuvre les politiques avec tout l'arsenal juridique international propre à faire valoir les droits concrets des uns et des autres.
Chaque cerveau humain possède deux lobes. Pour l'instant, aussi bien du côté israélien que du côté palestinien, le lobe gauche dit merde au lobe droit !

Du côté israélien :
Les religieux et les nationalsites qui leur sont associés s'opposent historiquement et d'une manière obtuse à une gauche pas suffisamment active mais plus prompte à faire des concessions.
Du côté palestinien :
Les religieux du Hamas voudraient récupérer la totalité de la Palestine (même l'Etat d'Israël), et mettre en oeuvre la disparition pure et simple du peuple juif (voir sa charte). Quant à l'Autorité palestinienne, elle se contenterait de récupérer les territoires occupés en 1967, et de vivre pacifiquement côte à côte avec Israël.

Ceci démontre bien que "le religieux" est plus que jamais central dans cette affaire, et qui si on ne l'apprivoise pas, jamais il n'y aura de paix !
En Israël les majorités politiques se dégagent toujours dans un mouchoir de poche, et le vote des partis ultra-religieux peut faire pencher la balance d'un côté comme de l'autre.
En Palestine, la pression des religieux intégristes peut faire capoter durablement la volonté de paix d'une majorité de la population.

Dans l'un et l'autre cas il faut éradiquer la peur et la haine de l'Autre !
Et aucune idéologie, qu'elle soit de gauche traditionnelle, de gauche progressiste, ou alors de droite, ne possède la totalité des réponses propres à renverser ces obstacles FONDAMENTAUX.

Voilà pourquoi une Conférence Internationale telle que je l'ai imaginée dans mon précédent message, devient à mon avis urgente.

Écrit par : Santo | 23/04/2009

@santo. La condition de base de toute psychothérapie est qu'il y ait une demande du côté de celui qui parle au psy: je ne vois rien de tel actuellement dans les religions monothéïstes, que ces religions se parent ou non de "révélée", ce qui ne donne pas une once de qualité de plus qu'une autre. Toutes les religions peuvent se dirent révélées, puisqu'il y a eu historiquement quelqu'un qui a cru découvrir quelque chose de caché qui faisait mouvoir le monde. Pour moi la religion est un fait privé, et je ne suis pas chrétien.

Écrit par : Victor Devaud | 23/04/2009

Une évidence se dégage lorsque l'on cherche à comprendre le sens et le but des religions: C'est que tous les grands et authentiques prophètes ont exprimé exactement les mêmes vérités, à savoir que la rapacité, l'égoïsme, la poursuite de la gloire et de la richesse sont les pires ennemis de l'humanité.
Mais ils ont exprimé ces vérités fondamentales à des époques différentes, dans un style différent, dans des langues différentes devant des audtoires différents. Mais ces différences sont des différences de détail, le fond du message demeure le même:
"Ne fais pas à d'autres ce que tu ne veux pas qu'on te fasse" juif
"Tu aimeras ton prochain comme toi-même" chrétien
Je suis parfaitement certain que de tels préceptes se retrouvent dans le Coran et dans les livres saints hindous et bouddhistes.
Cela fait bien plus de deux mille ans que de tels préceptes existent et l'humanité s'entre massacre toujours encore à la Gloire du Seigneur. que de saints hommes (pas de femmes) étudient les textes sacrés pour trouver une justification à leurs rapines et tortures et assassinats de masse. Une connerie immonde.
Chaque pays, race, religion, fournit son monde, comme le disait ma mère, et si l'on veut parler des Juifs, de quels Juifs voulons-nous parler ?
De Rolf Bloch, fabricant d'excellent chocolat à Courtelary, ou de Madeleine Albright, qui ne trouvait devant le TV américaine (émission"60 Minutes" rien à redire à la mort de 250.000 enfants irakiens, "si cela peut faire avancer nos intérêts dans la région.." Ou de Nicolas Hayek, qui a remis sur pieds toute l'horlogerie suisse et sauvé des dizaines de milliers d'emploi ? Ou de Meir Kahane, fanatique israélien de la solution finale du prblème palestinien ? Ou de Jacques Offenbach et de sa merveilleuse musique, ou du banquier Rothschild, lorsqu'il disait. "Donnez-moi le contrôle de la monnaie d'un pays, et je ne me soucie pas de qui fait les lois" ?
On pourrait continuer sur ce ton durant quelques pages. Le fait est que les critiques les plus dures que j'aie lues concenant l'Etat d'Israel proviennent de Juifs. Un livre excellent est et demeure "The Holocaust Industry" écrit par un professeur juif dont les parent on survécu à Auschwitz. Ce livre lu a fait pas mal d'ennuis, dans l'Amérique bien-pensante...

Écrit par : Johnny | 24/04/2009

Si je comprends bien, Johnny, pour vous les "bons" Juifs ne font que du chocolat , des montres et de la bonne musique, car dès qu'il s'agit de politiques ou de banquiers, ce ne sont que des monstres et des rapaces ...
Qu'en est-il par ailleurs de ces piliers de la pensée humaine que furent Jésus, Spinoza, Marx, Einstein, Freud et j'en passe ?

Écrit par : Santo | 24/04/2009

"Si je comprends bien, Johnny, pour vous les "bons" Juifs ne font que du chocolat , des montres et de la bonne musique, car dès qu'il s'agit de politiques ou de banquiers, ce ne sont que des monstres et des rapaces ...
Qu'en est-il par ailleurs de ces piliers de la pensée humaine que furent Jésus, Spinoza, Marx, Einstein, Freud et j'en passe ?"

Vous oubliez Benjamin Disraeli, Premier Ministre de la Reine Victoria d'Angleterre...
Ces Juifs méritent notre respect et notre reconnaissance, mon cher Santo. Mais une saine attitude nous dicte d'honorer ces piliers de l'humanité, quelle que soit leur race ou religion ou nationalité, et de combattre les autres.
Mozart et Strauss ne sauraient occulter Hitler (né Schicklgruber) ou inversément.
Beethoven ne saurait occulter Göring, ou inversément.
Nelson Mandela ne saurait occulter Mugabe, ou inversément. Etc...etc...

Mais c'est un crime que de demander quelle est la différence entre le génocide perpétré par les nazis et un quelconque autre génocide ou du moins, j'ai été traîné devant une Cour de justice pour avoir eu l'insolence de poser publiquement la question. Art. 261 DPS, vous savez...
Vous allez m'expliquer quelque chose: en Suisse, c'est un crime que de nier l'existence d'un génocide. Un Turc a été condamné récemment pour avoir nié l'existence du génocide perpétré par les Turcs sur les Arméniens. L'Etat d'Israel nie officiellement ce génocide parce qu'il veut entretenir de bonnes relations avec la Turquie officielle. La Suisse entretient de bonnes relations avec Israel. ... Une merveilleuse démonstration d'hypocrisie et d'imbécilité, qu'en pensez-vous ?

Écrit par : Johnny | 24/04/2009

A l'attention de Johnny :

Ne seriez-vous pas par hasard négationniste ?
Si tel est le cas, votre hostilité fondamentale et profonde contre l'Etat d'Israël prend le même sens que pour le sinistre Président Ahmadinejad !

Vous seriez alors la preuve vivante, démonstrative et providentielle dans un blog aussi respectable que celui de Guy Mettan, que "l'antisionisme" forcené débouche obligatoirement sur l'antisémitisme, contrairement à ce que prétendent certains ... C.Q.F.D. !

Écrit par : Santo | 25/04/2009

C'est parfaitement étrange: ce matin, j'ai répondu à la remarque ci-dessus. Mais ma réponse n'a pas été publiée. Y aurait-il de la censure dans l'air ?
"La censure n'existe pas en Suisse, mais elle y fonctionne très bien"
Pour moi, l'Etat d'Israel est le pendant du 3. Reich.
Et le Sionisme et le National-Socialisme sont identiques.
Tous les Allemands et Autrichiens n'étaient pas des Nazis, et tous les Nazis n'étaient pas des Allemands ou des Autrichiens.
Tous les Juifs, et de loin, ne sont pas des Sioonistes, et tous les Sionistes ne sont pas des Juifs.
Quelle est la différence entre le Peuple Elu et la "Herrenrasse" ?
Entre la Terre Promise et le "1.000jähriges Reich" ?
Entre le Ghetto de Varsovie en 1942 et la Bande de Gaza, la révolte des Juifs dans ledit ghetto et la révolte des Palestiniens à Gaza ?
Toute personne dans un pays civilisé qui prônerait la "solution finale" du problème juif, ou nègre ou qu'importe se retrouverait immédiatement en taule, et avec raison ! Mais un mouvement tel que Gush Emunim, qui prône ouvertement la "solution fnale" du problème palestinien furnit des ministres et des députés à la Knesset.
Je me demande si ce message va être publié...

Écrit par : Johnny | 25/04/2009

C'est bien Johnny, vous sortez du bois ! Au moins on sait à quoi s'en tenir concernant votre cas pathologique : la camisole, vous connaissez ?

Écrit par : Santo | 25/04/2009

"C'est bien Johnny, vous sortez du bois ! Au moins on sait à quoi s'en tenir concernant votre cas pathologique : la camisole, vous connaissez ?"

Excellente réponse, mon cher Santo. Quand on n'a plus d'arguments à faire valoir, on devient personnel. Je ne sais pas qui disait: les gens intelligents discutent des faits et des idées, les gens stupides discutent sur les gens. Je suis très satisfait et pense qu'il vaut mieux conclure cette discussion. A la prochaine donc.

Écrit par : Johnny | 25/04/2009

Pour moi, l'Etat d'Israel est le pendant du 3. Reich.
Et le Sionisme et le National-Socialisme sont identiques."

Et vous? qui êtes-vous vous! Un négationniste de la pire espèce?

Allez donc salir de votre antisémitisme le blog de ramadan, de solidaritéSS ou de fanon mais laissez ceux des gens respectables propres. Merci!

Écrit par : Patoucha | 26/04/2009

Incroyable! C'est toujours les mêmes antisémites qui s'agglutinent comme des mouches dans les blogs dès que le sujet traite de tout ce qui a rapport à Israël et aux Juifs! Le plus drôle c'est qu'ils se défendent d'être antisémites alors que de chaque mot en suinte. Quelles sont les raisons qui les poussent si ce n'est une jalousie viscérale ?

Et ils argumentent leur haine.....
(...)

Patoucha:
Sachez que les Juifs sont retournés chez eux en Palestine ils n'y sont pas en tant que colonisateurs!
(...)

Patoucha:
Ce ne sera pas le seul juif de l'extrême ou de gauche tout court à avoir les critiques les plus dures sur Israël et le fait que leurs parents soit des survivants d'Auschwitz n'en fait une référence!

Santos à demain la suite.
Bonne nuit!

Écrit par : Patoucha | 26/04/2009

A "Patoucha"
Rentrer CHEZ EUX pour les juifs ? Certes il y étaient il y a 2000 ans...! Le seul problême c'est que cette terre "reconquise", en réalité réquisitionnée dès 1948, était habitée depuis des siècles par des Palestiniens, et que la création de l'Etat d'Israël n'a pu se faire qu'en les chassant de chez eux, leur volant leurs terres, en faisant de ces gens des réfugiés permanents. Il veulent eux aussi rentrer CHEZ EUX ! Si tous les ethnies du monde d'aujourd'hui voulaient récupérer les terres de leurs ancêtres historiques, vous pourriez remettre en marche migratoire les deux tiers de la population mondiale ! Cet argument ne tient pas la route... d'autant plus que les arabes et les juifs sont des peuples sémitiques, qui ont les mêmes raçines ! Jésus de Nazareth parlait l'araméen, langue encore vivante dans certaines régions d'Irak. Si vous l'écoutez, vous croirez entendre parler arabe !
Cherchez les points de convergence, non de divergence, pour faire avancer la paix ...
http://www.learnassyrian.com/aramaic/

Écrit par : Aramis | 26/04/2009

C'est quoi cette confusion entre l'anniversaire de l'un des plus grands échecs de l'histoire de notre démocratie,
ce génocide où tous humains déclarés sous-hommes (et pas seulement les juifs) par les nazis furent tués dans les camps en Allemagne, en Pologne, etc ? les nazis n'ont pas visé que les juifs dans leur épuration - le judaïsme étant une religion et non une ethnie.

et les actuels conflits en nord-Afrique entre arabes-juifs-chrétiens-musulmans ?
conflits qui eux ne sont pas ethniques (par ex. il n'existe pas d'ethnie arabe universelle), mais culturels, sociaux-économiques ...
sempiternelles luttes de pouvoir donc.

C'était-y pas la mode au moyen-âge, les guerres de religion? assoir des pouvoirs en politisant les religions ... les jeunes frères de notables étaient nommés évêques en contre-partie du pouvoir de leurs aînés gardant la main sur le terrain ... légitimé par des slogans "C'est nous les initiés", "C'est nous les premiers"

Alors c'est fait, en 2009, ya 1 passeport juif (euh, israëlien) ?

Ben alors, si c'est un droit pour les juifs, les islamistes aussi peuvent demander leur nation à l'ONU, non ?

Et les bouddhistes aussi, non? euh, les chinois s'en sont déjà chargés en envahissant le Tibet. Drôle, c'était en 1950.

Alors, on parle de quoi ici?

Mon oncle, rescapé des camps, dcd, n'aurait pas voulu partager cet unisson d'hypocrisie, d'un autre temps - le XXe siècle.
Il nous aurait demandé quelle est notre conscience face aux actuelles décisions politiques.

Écrit par : Bärenklauen | 26/04/2009

A Santo:
Je croyais qu'il y avait des règles sur les blogs: pas d'attaques personnelles, mais des critiques des faits et des arguments !!? On n'est pas dans " règlement de comptes à OK Corral" !
On n'a pas le droit de dire dans un tel forum "tu es un con" ; mais "tu dis des conneries, car..." oui, ça on a le droit, c'est différent...on s'attaque aux dires de l'interlocuteur, pas à sa personne. Saperlipopette, un peu de respect, bandes de bachibouzouks !!!

Écrit par : Aramis | 26/04/2009

Réponse à Aramis :
Je croyais quant à moi que dans un blog comme celui-ci, certains auraient la décence de ne pas profaner aussi loin et avec une telle obscénité la mémoire ainsi que l'héritage d'un peuple ! Et vous osez me parler de respect !!

Écrit par : Santo | 27/04/2009

J'ose en effet !
Si vous pouviez me censurez ou pire, sans doute le feriez-vous !
C'est bien là le problême: l'amalgame entre la Shoah et la politique de l'Etat hébreu sert les intérêts d'Israël. Il y a une interdiction de creuser le sujet, une censure, c'est un tabou... Mais il faudra pourtant bien un jour se remettre en question et jouer cartes sur table, que la partie israélienne descende de sa montagne et se départisse de son arrogance, née de sa puissance militaire totalement disproportionnéee (qui n'est que la prolongation du bras armé américain au Proche-Orient), basée sur le soutien inconditonnel des anciens présidents américains. Avec Obama ça pourrait changer... Inch'Allah!

Écrit par : Aramis | 27/04/2009

Première séance de psychothérapie (gratuite) :

On a le droit de critiquer, voire de condamner sur tous les tons la politique actuelle d'un pays embourbé, fourvoyé dans l'impasse d'un conflit qui dure depuis plusieurs dizaines d'années, sans que cela ne se transforme en haine anti-ethnique, mettant sournoisement le doigt où ça fait le plus mal, en assénant des coups ignobles, bien en-dessous de la ceinture du coeur !
Croyez-moi, cela se soigne ...

Écrit par : Santo | 27/04/2009

Les commentaires sont fermés.