23/06/2009

Le nouveau supplice kazakh

Mois de juin très animé et plutôt positif pour la Genève internationale. Voyez plutôt. Tout d’abord, une percée spectaculaire dans les négociations de désarmement, bloquées depuis 12 ans. Russes et Américains se sont mis d’accord sur un calendrier de négociations pour donner une suite aux accords START (limitation des missiles balistiques intercontinentaux) et sur la non prolifération des matières fissiles. De quoi réjouir l’ambassadeur suisse Jürg Streuli qui devrait bientôt présider la Conférence.

 

 

****

 

→Intense activité politique et diplomatique à l’occasion de la 98e assemblée de l’Organisation internationale du travail ensuite. Le patron du BIT, Juan Somavia, qui vient de rempiler pour un troisième mandat, a manœuvré avec brio : une conférence remarquée de Nicolas Sarkozy, un standing ovation pour Lula, et une douzaine des chefs d’Etat dont le Mozambicain Guebuza, ont permis de lancer en beauté le Pacte Global pour l’emploi qui était le but de l’assemblée.

 

****

→Grandes manoeuvres au Conseil des droits de l’homme enfin. La Suisse a, temporairement espère-t-elle, quitté la cabine de pilotage tandis que les Etats-Unis y ont effectué leur grand retour. Depuis l’investiture d’Obama, ils ne cachent pas leur intérêt. De quoi redonner du souffle à un Conseil un peu trop dominé par les Canadiens et les Tchèques qui s’étaient fait les porte-parole officieux de l’Administration Bush. Et tempérer les ardeurs de certains pays musulmans et du Sud trop pressés de supprimer les rapporteurs spéciaux et autres activités gênantes pour eux au nom de l’impérialisme des valeurs occidentales. Un coup qui a bien réussi pour le Sri Lanka, qui a réussi à éviter toute investigation, mais pas avec le Soudan, dont le mandat du rapporteur spécial a pu être prolongé d’un an.

 

****

 

→A ce propos, il faut citer une nouvelle invention pour éviter tout reproche en matière de droits de l’homme : l’accusation de corruption. Le Kazakhstan vient de lancer cette innovation en jetant en prison le dirigeant de la firme Kazatomprom, Mukhtar Dzakishev. Résultat : on fait coup double. D’une part on se débarrasse d’un opposant, et d’autre part on muselle les défenseurs des droits de l’homme. Qui pourrait décemment se battre pour libérer un patron accusé de corruption ? Et comme la firme est jugée stratégique, pas d’avocats, pas de procès ni d’acte d’accusation publics. Tout se passe à huis clos. Le président Nursultan Nazarbayev, despote subtil et éclairé, nous avait habitués à mieux. Mais s’il veut décrocher la présidence de l’OSCE l’année prochaine, comme il le souhaite, il lui faudra soigner les formes…

 

****

→Une petite note artistique pour conclure. Le dialogue Barcelo-Edouard Glissant à propos de la fresque qui orne le plafond de la salle des droits de l’Homme à l’ONU a conquis le public présent, couché sur des matelas pour admirer le plafond. On a beaucoup parlé de matière, puisqu’il s’agit d’une sculpture autant que d’une peinture. Une façon de réhabiliter les matériaux nobles de l’art, à un moment où les modes artistiques cultivent l’installation digitale désincarnée ou, au contraire, les cadavres d’animaux ou d0humains lyophilisés...

09:50 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

02/06/2009

Auditions sur Gaza à Genève

Le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon s’est arrêté deux jours à Genève la semaine dernière. Il y a notamment rencontré le juge sud-africain Richard Goldstone, ancien procureur du Tribunal pénal international pour la Yougoslavie, ancien recteur de l’Université hébraïque de Jérusalem et actuel chef de la commission d’enquête sur les éventuels crimes de guerre commis par l’armée israélienne lors de l’invasion de Gaza en janvier dernier. Tranchant avec les méthodes habituellement discrètes des Nations-Unies, le juge Goldstone, magistrat au-dessus de tout soupçon et juif lui-même, entend procéder par des auditions publiques de témoins. Comme Israël a d’ores et déjà annoncé que ses frontières seraient fermées aux commissaires, les auditions pourraient avoir lieu à Genève dès le mois de juin. Délai de remise du rapport au Conseil des Droits de l’Homme : août prochain.

 

 

****

 

→A Genève, Ban a encore assisté à l’ouverture de l’assemblée annuelle de l’OMS qui, soit dit en passant, a confirmé le leadership de sa patronne Margaret Chan. Entre ceux qui accusent l’organisation d’en faire trop et de couler l’économie des pays riches et ceux qui la soupçonnent de n’en point faire assez en négligeant les maladies mortelles qui sévissent dans les pays du Sud, la Chinoise a habilement manœuvré. Ban a aussi haussé le ton, en compagnie de Micheline Calmy-Rey, à l’ouverture de la Conférence du désarmement, qui tourne en rond depuis dix ans. Avec l’annonce de la reprise des négociations entre Russes et Américains, la conférence réussira peut-être enfin à se donner un ordre du jour crédible.

 

****

→Ils piétinaient devant la porte depuis au moins quinze ans. Chaque année au mois de mai, la délégation de Taiwan faisait le pied de grue devant l’OMS pour quémander un strapontin d’observateur que Pékin lui refusait obstinément. Hé bien, depuis mardi dernier, ça y est. Les délégués de Taipei-Chine - pas question de hisser le drapeau de la République de Chine, nom officiel de Taiwan - ont enfin été admis dans le saint des saints de la santé mondiale. Prochain objectif : l’OIT. Cette percée a été rendue possible par l’élection d’un nouveau président taiwanais, moins hostile à la Chine, par la crise économique, qui oblige à multiplier les sources d’investissement, et le souci de Pékin d’accéder aux biotechnologies médicales taiwanaises quand les virus H1N1 et H5N1 se réveillent…

 

****

 

→Le 11 juin sera l’occasion de partager les chachliks de la Mission de Russie à l’occasion de la fête nationale et le lendemain, on commémorera, sur la Place des Nations, les 10 ans de la Convention de l’OIT sur les pires formes de travail des enfants dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre le travail des enfants qui a lieu le même jour. Le patron de l’OIT, Juan Somavia, des représentants de la société civile et des autorités genevoises – le Grand Conseil genevois a voté une résolution de soutien mi-mai – seront présents à cette manifestation ouverte à tous.

09:00 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook