05/12/2011

Micheline Calmy-Rey et la Genève internationale

Le 28 novembre 2011: Conférence de presse de la Présidente de la Confédération et Cheffe du Département fédéral des affaires étrangères,  Micheline Calmy-Rey sur "La Genève internationale".


A l'approche de la fin de son mandat, le 31 décembre, la présidente de la Confédération a tenu à faire un bilan concernant la Genève internationale et son action en sa faveur comme cheffe du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE): "Au moment où je suis entrée en fonction, un certain nombre de voix prédisaient la mort de la Genève internationale ou en tout cas sa marginalisation, du fait de la fin de la guerre froide. Près de dix ans plus tard, je constate qu'elle n'a pas cessé de gagner en importance. Genève est l'endroit du monde où il y a le plus de rencontres et s'affirme comme un centre incontournable de la gouvernance mondiale. "

Un bilan tout rose


Micheline Calmy-Rey s'est plu à relever que le nombre d'Etats ayant une représentation auprès de l'ONU, de l'OMC ou de la Conférence du désarmement avait passé de 153 à 169 depuis 2008. Et que le dynamisme de la Genève internationale avait été profitable au secteur de la construction puisque l'Organisation mondiale du commerce (OMC), l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), la Maison de la paix, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Onusida, le CERN, le CICR, entre autres, avaient ou étaient en train de construire ou de rénover leurs bâtiments.

"Je me suis personnellement beaucoup engagée pour la Genève internationale", a-t-elle insisté, rappelant la création du Conseil des droits de l'homme et de la Maison de la paix ainsi que l'Initiative de Genève - "seule petite lueur d'espoir qui reste dans le conflit israélo-palestinien" -, dont la deuxième phase a été initiée la semaine dernière. Egalement des réalisations dans le domaine académique: l'Académie du droit international humanitaire et des droits humains, le Centre international de déminage humain, le Centre pour le contrôle démocratique des forces armées…

Des ombres aussi, mais pas de son fait


Elle a aussi évoqué certaines des ombres au tableau, dues à la conjoncture. Alors même que les organisations internationales réduisent leurs frais, «  les offres en matière de conditions d'accueil de plusieurs grandes villes d'Europe ou d'autres continents sont plus compétitives que celles que nous pouvons leur offrir ». Des entités du Haut commissariat pour les réfugiées (HCR) ont d’ailleurs déjà déménagé à Budapest et d'autres, de l'OMS, à Kuala Lumpur. Et le franc fort complique encore la situation.

D’autre part, il faut remédier aux défaillances de la sécurité à Genève, qui ont des répercussions sur celle des diplomates étrangers. Aussi un groupe de travail conjoint Confédération-canton  a-t-il été mis sur pied, mais sans encore de résultats - sûrement parce que les analyses divergent : Genève demande des moyens supplémentaires à la Confédération, alors que celle-ci lui reproche un manque d’efficacité.
"Quand la construction va, tout va", avait lancé Micheline Calmy-Rey un peu plus tôt. Réel optimisme béat ? Ou petit coup de polish pour appuyer le clin d'oeil à ses futurs employeurs ? Il y a peu, en effet, Ban Ki-moon évoquait la possibilité pour les Nations unies de lui offrir une mission à la mesure de son engagement. Et selon la rumeur, elle aurait aussi reçu d’autres propositions de pareille envergure. Interrogée à ce sujet, Micheline Calmy-Rey s’est bornée à répondre qu'elle réfléchit. Mais son sourire disait: "Bientôt plus près de toi, Genève internationale".

09:59 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : calmy-rey, genève internationale, carrière, dfae | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.