21/06/2012

Des planètes extrasolaires "habitables": rêve ou science ?.

Le 5 juin 2012, le Club suisse de la presse recevait l'astrophysicien Michel Mayor pour une rencontre avec les journalistes et ses membres


"La préoccupation de la pluralité des mondes existait déjà il y a 2'300 ans", a commencé par rappeler Michel Mayor. Avec Didier Queloz, il a découvert, en 1995, la première planète extrasolaire, près de l'étoile 51 Pegase, grâce à la technique des vitesses radiales, en utilisant un spectographe installé en Haute-Provence. Depuis, avec son équipe, il a en a développé d'encore plus fins, comme CORALIE, installé au télescope suisse de l'Observatoire de La Silla, au Chili. "Aujourd'hui on en est à 700 exoplanètes et il y a 1'700 candidates", a-t-il précisé. Il était d'ailleurs sur le point de partir pour Madrid pour recevoir, avec Didier Queloz, le prix Frontiers of Knowledge de la Fondation BBVA, dans la catégorie sciences fondamentales, pour le développement d'instruments astronomiques novateurs et de techniques expérimentales qui ont permis la grande découverte de 1995.

Qui ne se demande pas s'il y a de la vie sur d'autres planètes ? "Avant de chercher la vie, explique Michel Mayor, il faut d'abord trouver des planètes habitables, où les conditions sont réunies pour qu'elle se développe.(…) Il y en a deux, de trois et six fois la masse de la Terre, qui le seraient éventuellement. Mais ce n'est pas sûr." En 2009, son équipe de l'observatoire de Genève avait annoncé la découverte de la première de ces deux exoplanètes telluriques, Gliese 581.

Il travaille à la préparation des missions du futur pour détecter la vie. "Pas question d'utiliser des fusées pour aller voir!" On mettrait des centaines d'années et les risques seraient énormes, mortels. Mais on peut la détecter à distance.

Comme Mars, la Terre deviendra inhabitable

Sur un graphique, l'astrophysicien a indiqué les zones "habitables" des étoiles. "Mars est bien placée, mais ne l'est plus. Il y faisait bon vivre il y a 3 ou 4 milliards d'années. Puis elle a connu une intense activité volcanique et s'est remplie d'eau. Elle a perdu son atmosphère". La Terre pourrait-elle connaître le même sort ? En effet, mais c'est une baisse de température qui la rendra inhabitable, dans des milliards d'années.

Quant à son avis sur le réchauffement climatique, il est que l'augmentation de 30% de CO2 est catastrophique et que contrairement à ce que disent les scientifiques qui le disculpent - "je ne crois pas un seul de leurs mots" -, c'est bien l'homme qui en est responsable. Il déplore le manque de volonté de régulation général car des régions comme le Sahel, le sud de l'Espagne, le Bangladesh, entre autres, en pâtiront bientôt de manière dramatique.

Comme à chacune de ses interventions, Michel Mayor a passionné son auditoire, lui donnant le sentiment que soudain, l'univers ne lui était plus indéchiffrable.


Irène Lichtenstein

 

(cf vidéo de la conférence sur: www.pressclub.ch)

Les commentaires sont fermés.