10/06/2013

Le prix 2013 de la Presse Emblème Campagne (PEC)

La Presse Emblème Campagne (PEC) a été fondée en juin 2004 par un groupe de journalistes de plusieurs pays. Basée à Genève, elle a pour objectif de renforcer la protection et la sécurité des journalistes dans les zones de conflit, de violences internes et en mission dangereuse. C'est une organisation non gouvernementale avec statut consultatif spécial à l'ONU, soutenue par près de 50 ONG et associations de journalistes dans le monde

Chaque année depuis cinq ans, la PEC décerne un prix pour la protection des journalistes, "un prix qui ne récompense pas un journaliste pour son travail (…), mais un individu, une organisation ou un gouvernement qui ont oeuvré concrètement pour la défense de la liberté de la presse", a expliqué son secrétaire général, Blaise Lempen, lors de la remise du prix 2013, le 6 juin, au Club suisse de la presse. Après des organisations de Libye, d'Egypte et de la Tunisie, en 2011 et les Démocrates syriens, en 2012, "le tour est venu de l'Amérique latine", a-t-il poursuivi. Parmi les pays les plus dangereux, le Mexique, le Brésil et le Honduras. Entre 2008 et 2012, la PEC a dénombré "59 journalistes tués au Mexique, 26 au Honduras et 22 au Brésil". L'Amérique centrale étant particulièrement touchée, l'ONG a décidé de sélectionner "une organisation du Guatemala et une du Honduras et, pour la première fois, de mettre en lumière le rôle joué par les caricaturistes", a rapporté son secrétaire général.

Le prix 2013 a été été attribué au dessinateur du Honduras Allan McDonald et à la directrice de l'ONG du Guatemala Cerigua (Centre d'informations sur le Guatemala), Ileana Alamilla. "Allan McDonald n'est pas seulement un dessinateur de génie, travaillant pour plusieurs médias très connus (notamment le New York Times et Le Monde Diplomatique), a estimé Blaise Lempen, mais il se bat pour la liberté d'expression. Il a été emprisonné et menacé de mort. Nous espérons que ce prix contribuera à le protéger". Quant à Ileana Alamilla, elle a suscité l'admiration au sein du comité de la PEC par "son travail exemplaire pour documenter les abus, lutter contre l'impunité, défendre les travailleurs des médias".

Ileana Alamilla, a évoqué "la violence inacceptable" qui a cours dans son pays et affirmé que "c'est le silence qui tue", insistant sur la nécessité de travailler en réseau pour protéger les journalistes. Allan McDonald a, lui, confié: "La mort nous attend à tous les coins de rue".

La PEC a également distingué l'Autriche et la Suisse par le biais de leurs représentants permanents auprès de l'ONU, Thomas Hajnoczi et Alexandre Fasel, pour leurs efforts diplomatiques, qui ont abouti en septembre dernier, à l'adoption d'une résolution sur la sécurité des journalistes au Conseil des droits de l'homme.

La Suisse veut obtenir des progrès sur le terrain pour la protection des journalistes, a assuré Alexandre Fasel . "L'impunité est un défi majeur." De son côté, Thomas Hajnoczi a souhaité une meilleure coopération de la communauté internationale sur ce dossier, et promis que l'Autriche continuerait à "faire pression sur le plan de l'application du droit".

Irène Lichtenstein

Vidéo: http://www.pressclub.ch/conference/how-protect-journalists-dangerous-situations#video_livestream